Merci de remplir le formulaire suivant, un conseiller prendra rapidement contact avec vous pour vous guider dans votre projet.

Accueil > Nos Fiches Infos > Le Crédit > Capital risque

Le Crédit

Capital risque

 

Introduction

 

Le monde financier possède des règles rigoureuses qu'il vous faut connaître si vous cherchez à lever des fonds.

 

Cette information s'adresse :

  • aux personnes qui ont été refoulées par les divers organismes financier et qui ne savent pas pourquoi
  • aux personnes qui ont un projet sérieux et qui ne savent pas comment monter un dossier de demande de fonds
  • aux personnes qui veulent réellement se donner toutes les chances de faire financer leur projet et de réussir

 

Le module d'information sera accompagné sur option d'une mise en relation avec un cabinet financier qui vous proposera un mandat de recherche de fonds après examen de votre dossier et validation de votre projet d'entreprise.

 

Concevoir un projet d'entreprise

 

Transformer une idée en projet d'entreprise nécessite de mettre par écrit ses principales caractéristiques. Il s'agit donc de formaliser votre projet d'entreprise, afin de faire apparaître toute sa valeur économique et son intérêt.

 

Cette phase de formalisation consiste à rédiger ce que l'on appelle un business plan. Le business plan peut être considéré comme la description cohérente des phases de lancement, de consolidation et de croissance de votre projet d'entreprise. Il s'agit d'un document de travail d'une trentaine de pages qui : 

  • identifie, dans le temps et dans l'espace, les fondements du projet, sa différenciation, ses avantages concurrentiels, et sa valeur ajoutée sur le plan commercial, économique et financier
     
  • précise, pour chaque étape de sa dynamique, les moyens nécessaires (techniques, financiers et humains), la démarche marketing, les résultats commerciaux attendus et la façon dont sera organisée la production ou le service.

 

Il conviendra autant que possible de chiffrer les différents aspects du projet, avec au centre la question de la "prévision des ventes", la définition des "objectifs à atteindre", et des "examens d'hypothèses contrastées" hautes et basses.

 

Dans tous les cas, le document d'étude devra mentionner les chiffres suivants : prévision des ventes sur les 36 mois, durée de vie des produits et des services, indication des prix T.T.C lorsque les ventes sont faites au grand public, indication des prix H.T lorsque les ventes sont faites à des professionnels, prix pratiqués par la concurrence, capacité de production disponible, moyens commerciaux disponibles, capital humain, financier et technique disponible, éléments comptables prévisionnels tels que trésorerie disponible, chiffre d'affaire prévisionnel, commandes futures....

 

Les investisseurs seront particulièrement sensibles à trois types de questions :

  • Au commencement du projet, à quel moment le point d'équilibre sera-t-il atteint entre les dépenses et les recettes ?

    Cette nécessité de cesser de "coûter" le plus tôt possible va engendrer certains choix d'organisation. Généralement, le projet d'entreprise passe par une période "alimentaire" au cours de laquelle le travail des fondateurs est gratuit, les salaires très faibles, les moyens limités au strict minimum, la structure peu organisée...
     
  • Lors de la consolidation du projet, quel va être le rendement du capital que l'investisseur a placé dans le projet ?

    Les personnes qui prêtent de l'argent ou qui investissent dans un projet veulent avoir une réelle idée de combien cela va leur rapporter. Cette présentation du rendement financier prévisionnel du projet est d'autant plus importante que c'est grâce à elle que certains cabinets de capital risque pourront intéresser les futurs investisseurs au projet.
     
  • Lors de l'extension des activités du projet, vais-je aussi tirer profit de la croissance de l'entreprise ?

Le devenir de l'investissement n'est pas linéaire : certains investisseurs veulent placer leurs capitaux pour une durée déterminée avec un risque et une rentabilité définis, d'autres vont préférer au contraire prendre des participations dans l'entreprise afin d'accompagner et profiter des gains de la croissance économique auxquels ils ont contribué.

 

Les différents modes de financement

 

Cette préparation rigoureuse du business plan devra être accompagnée de démarches sociales et économiques : parrainage des chambres de commerce, lettre d'accompagnement d'un acteur économique local, obtention d'un label, constitution d'un pool bancaire et demande de garanties institutionnelles, réalisation d'une étude de marché, de sondages, rassemblement des curriculum vitae des personnes associées au projet, leurs moyens financiers...

 

Le financement correct du projet d'entreprise est une condition essentielle de son succès. Elle nécessite une bonne connaissance des différentes possibilités qui sont ouvertes au créateur d'entreprise. D'une manière générale, on distingue quatre sources de financements :

  • Le financement personnel : ce sont les capitaux propres de l'entrepreneur et les crédits à moyen ou long terme qu'il souscrit à titre privé en donnant un bien personnel en garantie. D'une manière générale, il est bon que le créateur finance à titre personnel certains postes tels que les frais d'établissement, les besoins en fonds de roulement, et les investissements incorporels autres que les fonds de commerce, car les banques les écartent systématiquement.
     
  • Le financement public : ce sont les aides ou subventions au créateur provenant de l'Etat, des collectivités locales et des fondations. Il est nécessaire de se renseigner auprès d'organismes tels que l'ANVAR, la COFACE, les conseils régionaux et départementaux, des mairies (pour les zones franches), les jeunes chambres économiques... Souvent très longs à obtenir et inadaptés aux besoins, ces financements sont un piège pour bon nombre d'entrepreneurs.
     
  • Le financement privé : ce type d'aide nous semble de loin être le plus adapté aux projets d'entreprise. Il prend soit la forme du capital risque (prise de participation minoritaire pendant une durée déterminée par un organisme spécialisé), soit la forme de l'investissement pur (ouverture du capital à un investisseur privé tel qu'une personne physique, un chef d'entreprise, un épargnant, un associé, un fournisseur, un client, un business angel). Le capital risque étant réservé à certaines catégories d'activités bien spécifiques, c'est l'investissement pur qui répond le mieux à la majorité des besoins financiers des créateurs d'entreprise. L'État encourage d'ailleurs ce type d'investissement : il permet aux personnes physiques qui ont souscrit en numéraire au capital d'une société qui se retrouve en cessation de paiement dans les cinq ans suivant sa constitution, de déduire fiscalement jusqu'à 15.000 euros de leur revenu net global. Cette limite de 15.000 euros est doublée pour les personnes mariées soumises à une imposition commune.
     
  • Le crédit bail : il ne s'agit là plus réellement d'une aide, mais d'une technique qui permet de faire financer jusqu'à 100% d'un bien professionnel. Le crédit bail peut concerner des biens très divers tels que l'immobilier, les véhicules, les équipements de bureau, les machines, le matériel informatique... Juridiquement, le crédit bail est une location assortie de la possibilité de devenir propriétaire du bien loué au bout d'un certain nombre d'années moyennant un prix fixé à l'avance prenant en compte somme ou partie des loyers déjà versés. Comptablement, le crédit bail est intéressant car il ne figure pas au passif des entreprises. Mais il demeure plus cher que le crédit classique

 

Les organismes de financement

 

Les organismes présentés ici sont des cabinets spécialisés dans le financement des projets d'entreprises : 

  • Capital-Initiative : 3 route de Guebwiller 68540 Bollwiller. Tel 03 89 48 80 84
  • Leonardo Finance : 12 avenue Georges V 75008 Paris. Tel : 01 47 20 24 88
  • Chausson Finance : Tel. 01 43 12 57 58
  • Professional Network SA : 19 rue blanche; 75009 Paris. Tel : 01 55 50 05 05
  • Patrons indépendants : 25 rue de la Boétie 75008 Paris. Tel : 01 53 30 02 00

Je souhaite une étude personnalisée pour déterminer le gain financier et fiscal qui résultera de cette solution patrimoniale.

Cliquez ici pour une étude patrimoniale